CAHIER n°72

André Fraisse,

Apinac, souvenir du Haut Forez en 1930,

Présentation

Ces souvenirs ont été recueillis, parmi bien d’autres, dans les carnets de notre père André Fraisse. Ils furent écrits entre 1928 et 1933 puis emportés en Indochine où ils faillirent disparaître pendant la guerre.
Après avoir achevé une licence d’histoire et géographie, notre père fut reçu au concours de recrutement de rédacteurs des services civils de l’Indochine. Le départ eu lieu en juillet 1933.
Bien plus tard, après le coup de force japonais de mars 1945 en Indochine et la capitulation du Japon en septembre, nos parents, ainsi que tous les Français de Vientiane, furent évacués en hâte du Laos vers la Thaïlande en raison du nouveau danger que représentaient les troupes annamites.
Les caisses contenant la plus grande partie de leurs bagages, dont ces carnets, furent abandonnées au Laos pendant plus de 2 ans. Grâce à la bienveillance de Laotiens amis elles furent ensuite remises à monseigneur Bayet, évêque de Thaïlande, né à Apinac en 1900, que nos parents connaissaient bien. Il se chargea de nous les réexpédier.

La famille paternelle d’André Fraisse est originaire de Noirétable, Chalmazel et Montbrison. Ses ancêtres, du côté maternel, étaient originaires d’Apinac. En 1928 ses parents s’installèrent dans l’Yonne, mais chaque année la famille revenait passer ses vacances d’été dans la Loire.
Après une longue carrière d’administrateur de la France d’outre-mer, en Indochine puis en Afrique, de 1933 à 1960, André Fraisse fut nommé administrateur civil au ministère de l’Agriculture à Paris. A cette époque il fit paraître dans des revues agricoles, et autres, plusieurs articles sur le monde rural.
Au fil de ses souvenirs, à travers ses réflexions personnelles et son regard, nous découvrons un peu l’âme et la vie quotidienne, vers 1930, d’un village du Haut-Forez situé au carrefour du Forez, de l’Auvergne et du Velay.
Françoise Cadiou